L’EPS s’adapte aux mesures sanitaires

4 juin 2020

Si les avis sur la continuité pédagogique en EPS sont aussi nombreux qu’il y a d’organisations locales, il y a un point sur lequel tout enseignant d’EPS s’accorde : l’activité physique est autant indispensable à l’élève confiné depuis deux mois et demi qu’elle exige de précautions drastiques quant à la réouverture des écoles et établissements.

Privés de la majorité de leurs sports, interdits pour raisons sanitaires, les professeurs d’éducation physique et sportive de Barral ont préparé la reprise des cours avec beaucoup d’imagination ! Exit « les jeux de ballon, les sports de contact et les sports collectifs » pour éviter la transmission du Covid-19 entre élèves, indique Laurence Caubel, protocole sanitaire du ministère daté du 3 mai. « A Barral, nous avons la chance d’avoir un espace naturel assez vaste et des équipements sur place ! On a donc envisagé des activités en plein air sans contacts ou du renforcement musculaire », explique t’elle. Mais pour reprendre la course, chaque élève devra être séparé de 10 mètres, consigne du ministère, qui recommande des activités individuelles, à basse intensité et en extérieur.

Se débrouiller sans gymnase

Les écoles se rabattent aussi sur des activités alternatives pour les demi-groupes d’élèves en CM1 et CM2 qui ont été les premiers à faire leur rentrée. « Il y a beaucoup d’interdits, mais on imagine des exercices pour travailler la coordination ou l’équilibre, avec des marquages au sol », indique Julien Aliaga. « Nous allons aussi proposer des activités nouvelles et avoir recours à des activités sorties des vieux placards comme les osselets ou la pétanque, idéal pour travailler la coordination ! » affirme Roxane Laluque. Les professeurs d’EPS devront faire, en majorité, sans les infrastructures extérieures comme les gymnases ou piscines. Reste les espaces naturels. « On est prêts à bouger si on a le feu vert… », souligne Julien Barbara, qui compte aussi utilisé le parc des lycéens.

Les vestiaires déconseillés

Le ministère a déconseillé l’usage des vestiaires, où la distanciation physique est illusoire. Le protocole déconseille aussi l’emploi de matériel du collège, sauf s’il est désinfecté après chaque utilisation, mais autorise le matériel personnel des élèves. « Certains amènent leur tapis de sol ! » relève Hélène Torbiero.

Le protocole reste imprécis sur le port du masque, obligatoire pour les collégiens et lycéens, en cours d’EPS. « J’ai essayé d’en porter un en courant et je ne me sentais pas du tout à l’aise, je doute que mes élèves le soient », tranche Jean Pierre Mancet. Donc comme la distanciation est assurée et garantie, la direction tolère le non port du masque sur les activités EPS.

Share Button

Classés dans :, , , ,

Les commentaires sont fermés.